-->

dimanche 8 septembre 2013

La jungle et la Pampa de Rurrenabaque

Nous quittons pour quelques jours les hauteurs de La Paz pour nous diriger vers la jungle Amazonienne. Nous évitons le bus, qui a mauvaise réputation sur ce trajet, et optons pour l'avion. Cela fait un peu mal au budget mais on réduit le temps de trajet de 18 heures en bus à... Une heure! Plutôt agréable. C'est donc à bord d'un petit avion à hélices, qui nous aura fait faire les montagnes Russes, que nous atterrissons sur une belle piste en terre. Nous voici à Rurrenabaque, au milieu de la jungle. 


Ici, deux programmes s'offrent à nous : un trek dans la jungle à apprendre des techniques de survie et à faire en sorte de ne pas se faire manger, ou une balade dans la Pampa à bord d'un bateau. L'option jungle profonde m'intéressait beaucoup... mais les chances d'y voir des animaux étaient très faible. Du coup nous partons pour trois jour à bord d'un bateau à moteur sur les rivières de la Pampa, à mis chemin entre jungle et marais. 


vendredi 6 septembre 2013

Bolivie - Trek de El Choro

Nous voici arrivé en Bolivie. Une fois de plus nous avons eu le droit à un passage frontière terrestre... Décidément c'est plus confort en avion. Cette fois-ci c'était le jeu de piste. Rien de marqué, rien de précisé et deux grandes files d'attentes. Il était possible de rentrer en Bolivie sans même un coup de tampon, personne ne nous en aurait empêché. Connaissant l'amende à payer... nous avons tout de même préféré prendre un peu de temps pour obtenir ce petit coup de tampon.
Après avoir passé cinq minutes dans la première file, on se rend compte que tout le monde a une petite feuille verte... C'est bien ça, il faut faire vingt minutes de queue dans l'autre file pour avoir le droit au petit papier, puis une bonne demi-heure de plus dans l'autre. Mis à part ce petit tâtonnage, nous nous en sommes plutôt bien tiré. Nous avons aussi eu le droit à un contrôle de police mais le pire a été évité. Ces messieurs cherchaient des "faux billets". Heureusement pour nous, nous avions pris connaissance de cette technique qui consiste à trouver tous les billets "faux", de manière à devoir les "confisquer". Evidemment, de beaux billets de banque américain, retiré dans un distributeur tout ce qu'il y a de plus officiel, auraient eux aussi été suffisamment louches pour être "confisqués". Du coup, c'est les mains dans les poches, sans un radis, que nous avons traversé la frontière. Au contrôle de police c'est tout naturellement que je les ai laissé fouiller mon portefeuille. Ces messieurs, très "rassurés" que je n'ai pas de fausse monnaie m'ont laissé passer et se sont tournés vers les prochains touristes...


Nous arrivons donc à La Paz, capitale de Bolivie. Malgré des mois et des mois d'entrainement estomacal, la nourriture du premier restaurant que l'on teste le soir même aura raison de Laetitia. Une intoxication alimentaire qui se transforme en gastro. Vive la salmonellose et les mains sales! Soit j'ai un système digestif plus lent, soit j'ai suivi le virus de Laetitia... quoi qu'il en soit nous nous retrouvons deux jours plus tard tous les deux avec une maladie nous clouant à notre lit d'hôtel durant cinq jours. Du costaud ce petit virus!

lundi 2 septembre 2013

Trek de l'Inca vers le Machu Picchu

LE TREK DE L'INCA

Et la voici la cerise sur le gâteau du Pérou : le trek de l'inca vers le Machu Picchu. Cette fois-ci nous avons fait les choses bien et nous passons par un tour opérator spécialisé sur le trek. Nous aurons donc durant ces quatre jours des guides, un cuisinier et des porteurs qui nous suivrons sur les chemins sinueux. C'est donc le grand luxe! Pas besoin de se soucier de la tente, ni du réchaud, ni des provisions... Quelqu'un s'occupe de nous!
Ce petit luxe s'avèrera plus qu'indispensable en pratique. Une fois les sacs terminés, entre duvet, matelas, vêtements chauds, barres de protéines et eau... Mon sac pèse plus de 14kg. Au vu du tracé qui certain jour nous fera grimper plus de 1000m de dénivelé, 14kg c'est bien le maximum que je puisse porter.


Nous partons donc le pas léger sur ce chemin anciennement Inca. Il avait pour importante mission de relier la ville de Cuzco (ancienne capitale Inca) et le Machu Picchu. Il n'y avait pas qu'un seul chemin, mais celui que nous avons la chance d'utiliser aujourd'hui était réservé aux religieux et autres personnes importantes.


(suite)