-->

samedi 29 juin 2013

La Mongolie et ses paysages monumentaux

Bienvenue en Mongolie! Ce pays tant attendu qui nous laisse espérer beaucoup de nature et d'aventures... Dès notre arrivée à l'aéroport, le dépaysement commence : personne ne parle anglais! "Lost In Translation" jusqu'à ce que j'arrive à me faire comprendre et qu'on trouve un taxi pour aller en ville. Le taxi s'avèrera être la demoiselle du "point information" qui finissait sa journée. Apparemment ici tout le monde peut s'improviser taxi. Durant ce trajet nous aurons nos premiers fou rire et premières inquiétudes avec Laëtitia. Côté frayeur : même avec un petit dictionnaire, leur langue est quasi imprononçable. Côté fou rire : ils ont des intonations dignes des plus beaux cheveux sur la langue! Ambiance diable de Tasmani dans les Tex Avery! Nous avons tout d'abord pensé à un problème de diction de notre conductrice... mais en entendant la radio... ça se confirme être national.

Ulaanbaatar


Arrivé à Ulaanbaatar, c'est plutôt la surprise. On retrouve effectivement des vestiges du communisme dans les rues secondaires avec des bâtiments uniformes en béton vieillissant. Mais pour l'ensemble du centre ville, c'est plutôt moderne. Les gens sont très bien habillés, tout particulièrement les femmes qui sont très fréquemment sur leur 31. Il n'est pas rare d'en croiser une en robe de soirée pour aller au cinéma ou au restaurant. Nous sommes donc encore loin des chevaux et des habits traditionnels, Ulaanbaatar est une capitale comme les autres.

Genghis Khan est évidemment la fierté nationale
 


Il nous aura fallu quelques jours pour prendre nos repaires et pouvoir organiser notre voyage. Après plusieurs tentatives infructueuses avec l'office du tourisme (pas au point), nous finissons dans une auberge, le "Golden Gobi", pour planifier un trip en 4x4. Ce sera donc treize jours à bord d'un vieux van russe aux suspensions retords à travers la Mongolie. Au programme : 2500 km de bonheur!!!

dimanche 23 juin 2013

Hong Kong

En chemin entre Bali et Ulaanbaatar, au détour d'un de nos quatre vols, nous profitons d'une escale à Hong Kong pour visiter cette charmante ville.




dimanche 2 juin 2013

Nusa Lembongan au large de Bali

Nous arrivons à la dernière étape de nos aventures indonésiennes. Repartant en avion de Bali, nous profitons donc de nos derniers jours pour aller visiter Nusa Lembongan.



Comme toujours, besoin de prendre un bateau pour atteindre notre destination. Manque de peau aujourd'hui il y a beaucoup de vague et ce bateau publique ne peut pas se rapprocher plus près de la plage. Du coup je suis bon pour me mouiller jusqu'au coude pour parvenir à charger nos sacs à bord.


(lire la suite)

Croisière en bateau de Labuan Bajo à Lambok

Nous embarquons pour une "croisière" de cinq jours à bord d'un bateau. Au programme : beaucoup de bateau, du snorkeling à chaque arrêt et quelques randonnées!

Dès le départ le paysage nous met dans l'ambiance... Une eau bleue et chaude et des îles montagneuses à perte de vue.


(lire la suite)

samedi 1 juin 2013

Ile de Seraya - Calme et nature sous-marine

N'allez pas croire qu'il nous arrive des galères tous les quatre matin, ni que nous sommes de bons gros râleurs qui ne se focalisent que sur le négatif... Simplement, je trouve qu'il y a plus de choses intéressantes à raconter sur les embrouilles que sur les journées tranquilles. Du coup, c'est peut être être un peu être râleur... Mais c'est un trait de caractère bien français après tout!!! Ce qui m'amène à vous conter ce nouvel épisode...

En route pour le port de Luaban Bajo afin de rejoindre l'ile de Seraya, nous avons une fois de plus garder la tête froide pour ne pas nous faire rouler. Cette fois ci c'était tellement gros que j'ai failli lâcher prise. Comme quoi je n'en rajoutais pas dans mon précédent post.
Après de nombreux changements de bateau, bus et ferry, nous arrivons en Van dans un coin de rue un peu mal famé, plutôt sale, qui éveille tout de suite l'envie de rester à côté de son sac... Pourquoi s'arrêter ici plutôt que dans un joli parking ou même un terrain vague? Aucune idée. Mis à part les apparences rien de bien dangereux ici. D'autres Vans de touristes s'arrêteront aussi ici quelques minutes plus tard. (pour rappel : nous avons un bon de transport tout inclus d'un point A à B comprenant plusieurs changements et nous avons habituellement toujours un peu de mal à faire valoir notre bon pour obtenir le ticket du prochain transport) Au jeu des tickets, nous avons le directeur de l'agence de voyage et ses deux employés qui viennent nous voir. Très agréable, le boss nous donne immédiatement nos billets en nous redonnant des infos sur le trajet, et nous précise que ce billet est tout inclus et qu'aucun supplément ne devra nous être réclamé. Il nous précise d'ailleurs qu'une pratique courante consiste a demandé un supplément pour les bagages. Si quelqu'un nous demande quoi que ce soit devant le bus il faut refuser. "Ok c'est très clair". L'un des employés nous raccompagne au van qui doit nous déposer au terminal de bus et nous précise qu'il y sera lui même d'ici une heure, ce sera l'occasion de nous montrer quel bus prendre.
Arrivé sur place nous patientons autour d'un Nasi Goreng (riz frit pimenté avec des morceaux de poulet et un oeuf frit). Une heure plus tard nous voyons les deux employés qui étaient justement en train de nous chercher. Ils nous amènent devant notre bus, nous montrent la salle d'attente... et nous précisent qu'avec nos gros sacs nous aurons un supplément bagage a payer. Ma réponse "non". Il me demande notre ticket de bus, le retourne et me montre noir sur blanc qu'un supplément est exigible si les bagages dépassent 10kg (on en transport 30 chacun). Là le doute s'installe... Levé aux aurores, la journée commence à être longue et la fatigue est là... Ce ticket est claire... Ce sont les mêmes employés "officiels" qui demandent ce supplément... Mais pourquoi le boss aurait-il autant insisté dans ce cas? C'est louche... je persiste à dire non. Je récupère en vitesse des mains de l'employer le billet de bus qu'il n'avait plus l'air de vouloir me rendre. Il s'énerve et dit qu'il va appeler le boss et le ramener. "Bonne idée, j'attends ici." S'il y a quelque chose à payer ce sera à lui ou au bus directement. Les deux employés s'énervent, disent qu'on leur fait perdre leur temps et qu'ils vont revenir avec le boss... puis s'en vont... Deux heures plus tard, toujours personnes à l'horizon. Nous montons dans le bus, personne ne nous demande rien. C'était bien une énième tentative pour nous délester de quelques Roupiah. C'est fou le culot, le niveau de stratagème et l'énergie qu'ils y ont mis. Sachant le doute qu'ils sont capables d'induire, ça ne m'étonnerait pas que certains payent...

Une fois de plus nous nous en sortons plutôt pas mal!


Après un trajet en bus de nuit grand luxe et un changement imprévu pour un tout petit bus de montagne délabré où Laëtitia a dû faire un combat de fesses avec une dame pour obtenir une place digne de ce nom, nous prenons notre dernier bateau vers Seraya. Le trajet est une vrai promenade de plaisir et ce paysage de multiples micro îles très agréable.



(lire la suite)