-->

mardi 27 août 2013

Cuzco et ses alentours pleins de vestiges Incas

CUZCO

Située à 3400m d'altitude, Cuzco est l'ancienne capital de l'empire Inca. C'est une superbe ville alliant héritage Inca et colonialisme espagnol. A défaut de trouver des bâtiments purement Inca dans le centre, les espagnols ont conservé l'excellent travail de fondations des incas et ont construit l'ensemble des bâtiments, mêmes les plus immenses, sur celles-ci. Du coup, on retrouve dans toute la ville ces petits murets, parfois taillés d'une façon mystérieusement exceptionnelle.

Une petite pièce contre une photo avec un Lama?




Rue de Cuzco


Cuzco aura aussi été l'occasion d'un petit cours d'espagnol involontaire. Toujours dans mes fiches pour essayer d'enrichir mon vocabulaire, je découvre le verbe "coger" utilisé par exemple pour "prendre un taxi" ou "prendre un café". Sauf que ces chers latinos du sud ont trouver bon de changer le sens de ce verbe. Ici, "coger" veut dire "fuck"! D'où le grand sourire des personnes au terminal de bus lorsque je leur ai demandé où est ce que je pouvais "prendre" un taxi... Pour éviter le moment de solitude, ici ils utilisent le verbe "tomar" à la place...


Cathédrale sur la plaza de Armas

Rues très vallonnées, ça monte et ça descend à souhait pour nous essouffler 

C'est donc encore une fois une ville pleine de charme que nous découvrons, qui dégage un vrai sentiment de sécurité. Ajouté à cela la quantité de sites et paysages magnifiques, la gastronomie raffiné péruvienne, la gentillesse générale... Ce pays commence a approcher les favoris.



Après avoir apprécié l'intérieur de la ville et ses rues pavés qui ne sont pas sans rappeler quelques belles cités européennes, il est temps d'élargir notre horizon et de prendre de la hauteur. Nous partons à la découverte des différents vestiges Inca se trouvant aux alentours de l'ancienne capitale. En chemin, après quelques minutes de bus, nous atteignons un point de vue au dessus de Cuzco. Sur cette montagne, on y retrouve le "Cristo Blanco", une sorte de copie du "Cristo Redentor" de Rio de Janeiro mais... en beaucoup plus petit. Du même coup beaucoup moins impressionnant. Pas de photo du Christ ici, mais un superbe point de vue pour se rendre compte de la taille de cette ville entourée par les montagnes.



La plaza semble bien petite vue d'ici

SAKSAYWAMAN

A défaut d'avoir des vestiges Inca dans le centre de Cuzco, on retrouve dans la région de nombreux sites préservés. Le premier que l'on visite est celui de Saksaywaman, qui se prononce "Sexy Woman". On a d'abord cru à une petite blague pour touristes ne sachant pas prononcer le Quechua... Mais non. C'est bien ça! 
Plutôt que les traductions approximatives du Quechuan qui voudrait dire quelque chose, je préfère mon hypothèse. Marty McFly est passé par là avec sa DeLorean volante il y a un millier d'année, a croisé une jolie locale et a lâché, en bon américain, un "sexy woman" qui est resté. Logique non! 


Ce qui rend Saksaywaman impressionnant, c'est la précision de la taille des pierres, assemblées à la perfection sans aucun mortier, si bien que le site a résisté à tous les tremblements de terre. Autre élément, imaginez-vous que les pierres principales pèsent entre 120 et 200 tonnes! Quand on sait qu'à l'époque de cette construction, ils n'avaient pas encore inventé la roue... On peut se demander comment ils ont fait. Les fans de X-files pensent aux aliens, les scientifiques a une grosse corde et une bonne centaine d'homme pour tirer les blocs. Qui croire!
En revanche le mystère reste quant à la précision de la taille des pierres...

Notre assistant qui fait bien 1,95m vous donne une échelle de cette pierre

Pour ce qui est de l'aspect de l'ensemble du site... Il ne ressemble plus à grand chose. Il ne reste que de longs mûrs de pierres comme celui-ci. Ce site aurait été une forteresse ou un lieu de culte au soleil. On aurait pu en savoir plus, mais les espagnols après avoir vaincu lors du siège de Cuzco ont décidé qu'ils avaient besoin de matière première accessible et déjà taillées pour reconstruire. Du coup le site a été démonté pierre par pierre. Seule les pierres trop compliquées à transporter sont restées sur site.


Les fameux Lama


QENKO

Le site de Quenko... Que dire... à part qu'on ne peut pas toujours visiter des sites intéressants? Seule photo, cette pierre qui serait peut être un lieu de culte où il y aurait peut être eu des sacrifices rituels. Le site est apparemment en trop mauvais état pour faire des constats plus tranchés.


PISAC

Là en revanche, nous avons le droit à un joli petit village. Pisac est entouré de montagnes remplies de culture en plateau, traversé par une rivière, parcouru par une multitude de petites rues pavés... un spectacle des plus agréables. 


Ce village aura aussi été l'occasion de découvrir la spécialité locale : el "couille". Une fois encore, nos oreilles nous jouent des tours... Donc le Cuye, prononcé sans erreur "couille", n'est autre que le Cochon d'Inde! Nous savions que c'était un plat apprécié des péruviens mais ne l'avions encore jamais croisé! Le goûter sur le principe, j'étais pour. Laëtitia, elle... avait des doutes mais ne disait pas non.
La gérante de notre auberge s'est trouvée être une éleveuse de Cuye! (on n'oublie pas la prononciation) En passant devant la cage de ces petites bêtes, je me suis arrêté pour les regarder... plutôt mignon un cochon d'inde! La gérante passant par là, elle nous propose de nous en préparer un pour le diner. Moment de doute... Laëtitia hésite... se succède un "non je peux pas", puis un "bon... si c'est bien cuisiné et que je ne vois plus à quoi ça ressemble, peut être". Au même moment, nous avons notre patronne qui en prend un dans les mains et qui, d'un bon gros mouvement appuyer sur la cuisse, lui brise le coup! Elle le pose dans un plat, la boule de poils a encore des spasmes dans les pattes... Elle en prend un second dans la cage, puis "craque" à nouveau...
Le visage de Laëtitia se crispe, sourire nerveux... "non j'peux vraiment pas". C'est décidé, ce soir c'est végétarien! Ce qui dans notre jargon se résumera à bières, chips, cacahuètes.


Les rues de Pisac
 

Et non, ce que vous apercevez dans le coin de cette photo n'est pas le drapeau gay. Décidément Cuzco est pleins de faux amis. Je me suis fait avoir comme tout le monde. En arrivant au centre ville, j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de restaurants et d'hôtels qui affichaient leur ouverture d'esprit et leur tolérance. Même constat sur plusieurs bâtiments officiels... C'est beau... Mais c'est louche. Non, nous n'étions pas arrivé pas dans le monde des bisounours. La région de Cuzco a bien comme drapeau l'arc-en-ciel.  

Fillettes et leurs Lama

Après la visite de la ville, place au site archéologique. Pour changer, c'est en haut des montagnes que ça se passe. Décidément les Incas avaient un goût pour l'altitude.

Anciennes terrasses pour la culture


Au loin dans la vallée, on aperçoit des terrasses du temps Incas encore utilisées à ce jour

Le château dans le ciel




Ca ne vaut pas le Machu Picchu, mais ces ruines perchées en haut de la montagne offraient un superbe spectacle





L'origine de ces bâtiments, un temple au dieu soleil, un garde manger ainsi qu'une forteresse/tour de guet pour prévenir l'arrivée d'armés Andines. Point de vue imprenable...






Ces drôles de formation dans les roches se trouvent être des tombent à flan de montagne... quasi inacceptible de ce qu'on peut voir... Certaines personnes ont tout de même trouvé le moyen d'enterrer des personnes ici... et d'autres trouvé le moyen de piller les tombes.

MORAY

Voilà encore un site qui a de quoi émoustiller les fans d'extra-terrestres. Malheureusement les archéologues sont quasi formels, ce ne sont pas des plates-formes d'atterrissages pour vaisseaux spatiaux... J'ai été un peu déçu forcément...




La construction de ces terrasses circulaires et l'abris du vent qu'elles procurent ont tout de même une vertu intéressante. On enregistre des écarts de températures de plus de 15°c entre le haut et le centre. Ce site pourrait avoir servi de zone de test pour les Incas, afin qu'ils étudient l'effet des températures sur leurs graines... Mystère, encore un mystère...


SALINAS DE MARAS



Ici, pas de mystère sur l'utilité du site, mais en revanche un magnifique spectacle! Pas de marais salant mais une source naturellement riche en sel. L'évaporation de l'eau a différent niveau dans les terrasses donne ces nuances de couleurs... 




J'aurais aimé être plus sélectif, mais je n'arrive plus a trancher entre les photos... Du coup il y en a un peu plus qu'il n'en faut! 





1 commentaire:

  1. A part les écueils au niveau du vocabulaire, Cuzco et les environs ont l'air vraiment très agréables. Ça donne envie d'y faire un tour.

    RépondreSupprimer