-->

samedi 20 avril 2013

Banaue : deux jours de randonnée à travers les plus belles rizières des Philippines

Au départ de Sagada, comme prévu le Jeepney est plus que plein. On nous propose donc de profiter de la vue depuis le toi du bus. RATP : Ride Aérien à Touriste au Philippines. Après avoir testé le moelleux des barres en fer du toit et connaissant le trajet en lacet de ces routes montagneuses... Nous ferons nos petits joueurs et préfèrerons nous entasser comme des sardines dans le Jeepney. Vue la tête du japonais qui lui a préféré le toit en arrivant... Ce n'était pas une mauvaise idée.


La photographe n'est pas resté indifférente au petit passager à l'avant

Et oui, comme toujours, en tant que blanc nous avons le droit au regard insistant des locaux. Si celui ci était souriant ou curieux, cela gênerait peut être moins. Mais ici (comme dans tous les endroits reculés où nous avons été) le regard est froid, fixe et très insistant. A force d'avoir voyager comme des locaux depuis notre arrivé, depuis le plus petit tricycle au bus les plus remplis, nous y sommes habitués. L'indifférence reste la meilleure option. Si nous avons rencontrer plus d'un philippin sympathique et enclin à la conversation, ceux qui fixent n'ont à priori rien à dire.

Pimp my ride en tricycle

Sur le chemin nous pouvons apprécier les produits locaux. Tout est bon dans le cochon, même la couenne séchée en plein soleil avec les mouches!


Une rue de Bontoc

Bus de Bontoc à Banaue

Je ne vous en ai pas encore parlé, mais la culture philippine est très orienté sur la nourriture, voir la bouffe. On peut parlé de bouffe voir de malbouffe puisque, trois repas par jour pour un philippin ce n'est pas assez. Entre chacun d'eux une multitude de chips, brochettes, cacahuètes et autres plaisirs gustatifs salé ou sucré seront ingérés. Un trajet en bus pour un philippin est l'occasion d'ingurgité tout un tas de choses sans discontinuer tout au long du trajet. Cela explique un peu l'embonpoint de la plupart d'entre eux.
Dans ces petites friandises, la plus étrange et ragoutante reste le "balut". C'est un oeuf de poule fécondé qui est consommé lorsque le poussin est partiellement formé dans l'oeuf. Selon les goûts le poussin sera à peine formé avec encore beaucoup de jaune... Et pour d'autre il sera completement formé et occupera l'ensemble de l'oeuf. On y retrouve dans ces cas la des plumes et des petits os tous moues.
Je n'ai pas eu l'occasion d'en gouter... et n'ai pas franchement cherché à le faire. Le goût est apparemment un peu fort. A en juger par le nombre de personnes en mangeant, du plus jeune au plus grand, j'imagine que ça ne doit pas être mauvais (si on est habitué au goût philippin). Donc aucune info précise sur le goût, mais une petite photo pour vous montrer à quoi ressemble l'intérieur. J'étais près... tout près... Et ça dégage un petit fumet très reconnaissable dans un bus, vous pouvez me croire.

"Balut" avec le poussin presque formé

Après cet épisode, nous arrivons à Banaue et posons le camp dans "the people's inn", hotel qui ne ressemble à pas grand chose, avec des chambres en sous sol... Mais belle surprise lorsqu'on arrive dans le restaurant, un balcon avec une vue imprenable sur la ville.




L'ensemble de la ville a été construite à flan de montagne. Notre chambre en sous sol n'est donc en réalité pas si fermée que cela.


Le but de notre arrivée à Banaue, découvrir les rizières inscrites au patrimoine de l'humanité. Pour les découvrir, rien de tel qu'un trek de deux jours dans les montagnes entre forêt humide et rizières à perte de vue.

Dès le point de départ, une vue imprenable sur les rizières


Ce trek de deux jours commencera par une première étape de 8h30 de marche à monter et descendre sur des chemins plus qu'incertains. L'ensemble de la balade sera une merveille de paysages tous plus impressionnant que les autres. Il m'a été très difficile de trier les photos. Qu'est ce qui ressemble le plus à une beau paysage de rizière? Un autre paysage de rizière. Donc beaucoup de photo à découvrir ci dessous.


Une plante carnivore



Notre guide devant un feu. Pour changer, n'ayant aucun système de récupération des déchets, ici tout est brûlé.










Des jeunes habitants qui se prêtent au jeu



Une femme qui travaille sur la deuxième étape de la culture du riz. Après cette première pousse d'une vingtaine de centimètre bien serrée, les pousses de riz sont replantées une à une de façon espacée sur plusieurs plateaux.

Un pont traversant une rivière sur la route 






Après plus de 8h de trek, nous arrivons à proximité de Batad, petit village de 500 âmes perdu dans les montagnes. Nous y passerons la nuit avant de repartir.



Les différents guides qui se sont retrouvés dans Batad ayant décidé de transformer une partie de leur gain en Gin, nous avons toute la nuit peu apprécier les aboiements des chiens à sur leur passage. La nuit a donc été moyennement réparatrice. Du coup c'est les jambes et les yeux un peu lourd que nous démarrons cette nouvelle journée, le café de la région nous y aidant. 




C'est donc une fois de plus pour notre plus grand bonheur que nous marchons le long d'innombrable rizières toutes plus vertes les unes que les autres.



Nous finirons cette journée par une autre chute d'eau, moins impressionnante que les précédentes que nous ayons pu voir, mais avec un rayon de soleil laissant presque apparaitre un arc en ciel et une eau fraiche pour se relaxer les jambes et prendre un petit bain... cela fait plaisir de la trouver sur la route!


L'aventure Banaue se terminera par la rencontre avec une équipe de tournage de Euronews qui, en plus de nous rappeler les aventures de certains amis travaillant dans le même créneaux, nous offrira une place dans leur van pour le retour au centre ville avant de prendre le bus pour Manille. Ces pauvres reporters avaient comme agent locale une grosse dame philippine. Si je ne doute pas de ses compétences dans son travail, elle avait en revanche un sacré problème à suivre le trek et à monter les dernières marchent! La dernière étape du trek dure normalement 2h30. Elle était partie avec 2h d'avance et est tout de même arrivée avec deux heures de plus... Nos pauvres journalistes pressés par le temps n'ont pas cessé de rager!
Quoi qu'il en soit, nous disons au revoir à ces nouveaux amis de quelques heures et faisons route pour Manille. Deux jours de repos nous attendent avant de reprendre l'avion pour l'Indonésie! Où, je l'espère, de nouvelles aventures encore plus palpitantes nous y attendent!!

Donc rendez vous d'ici quelques jours pour les premières impressions!!!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire